FUTUR.E.S #mobilité : 3 tendances illustrées par nos démos

Quand on parle mobilité du futur, on imagine voitures autonomes, drones taxis et trains à hyper-vitesse. Pourtant des dizaines de solutions bien moins coûteuses sont déjà en place qui, de mieux en mieux combinées, ont le pouvoir de faire disparaître ces bons vieux bouchons qui polluent l’air des villes et l’humeur des citadins.

D’autant que le secteur de la mobilité n’échappe pas à la tendance forte du « service à la demande », et que les solutions traditionnelles, designées massivement pour le plus grand nombre, ne répondent plus aux attentes individualisées. On veut qu’elles intègrent désormais nos contraintes, nos envies, nos convictions, sur l’environnement par exemple.

La ville de demain articule en réalité les propositions venues de nombreux secteurs et innove en écosystème avec tous les acteurs de la ville : collectivités, entreprises, usagers, pouvoirs publics. Tous hackers contre les bouchons!

Hack #1 : LEVER LES FREINS POUR LAISSER LES VOITURES AU GARAGE   

Se déplacer relève avant tout d’un besoin : aller de son domicile à son travail par exemple. Les citadins acceptent parfaitement de laisser leur voiture pour des trajets multimodaux si ces derniers ne leur compliquent pas la vie. Ces start-ups l’ont bien compris : pour changer les usages, il faut lever les freins à leur adoption.

  • Proposer des solutions en bas du bureau. Changer d’habitude est plus simple quand la nouvelle solution est à portée de main et le service est garanti. Pour hacker le trajet domicile-travail, WayzUp et Green On  misent sur les entreprises pour inciter les salariés à laisser la voiture au garage. L’employeur prend à sa charge le coût et la logistique du vélo électrique ou du covoiturage ; les startups atteignent plus facilement une masse critique d’utilisateurs. Ridy, lui, rend le choix du vélo plus fiable en proposant de le réparer sur le lieu de travail.
  • Sécuriser les déplacements à vélo. En ville, un cycliste sur deux s’est déjà fait dérober son vélo : pouvoir stationner son vélo en sécurité est un vrai levier pour faire adopter de ce mode de transport (Bik’Box). La sécurité du cycliste n’est pas non plus une mince affaire : loin d’être gadget, le vélo connecté renforce aussi les arguments en faveur de la petite reine de la mobilité douce (Haïku).
  • Et du côté des transports en commun, faire rimer liberté et efficacité. Les transports en commun restent incontournables face à la problématique du transport de masse. Pour encourager les déplacements multimodaux, chaque segment du trajet doit être simple et rapide. Contournant la logique d’abonnements des transports en commun, ou les queues interminables au guichet, Atsukè simplifie à l’extrême l’achat du billet, tandis que Nextérité crowdsource l’information fiable et live tout le long du trajet et accélère la résolution des perturbations.

Hack #2 : ORCHESTRER LE BALLET DES VÉHICULES EN CENTRE VILLE

Le saviez-vous ?

  • 10 à 20% du trafic des grandes villes serait généré par des conducteurs qui cherchent une place de parking.* La maîtrise du stationnement est un enjeu clé pour fluidifier le trafic urbain. Parking Map  et TwoOnPark promettent ainsi de faire gagner du temps aux automobilistes en cartographiant en temps réel les places libres.
  • Les livraisons représenteraient en moyenne 20 % du trafic, 30 % de l’occupation de la voirie.** La logistique urbaine n’a pas réussi à suivre l’explosion de l’e-commerce : la livraison du dernier kilomètre est un casse-tête pour les villes. Il est pourtant possible désormais de fluidifier le trafic sans sacrifier à la promesse des livraisons express. Ainsi, les algorithmes de dispatch de Citodi  optimisent les flottes de coursiers. Colibou livre en soirée: en s’adaptant aux horaires des destinataires, le service propose une alternative aux livraisons en heure de pointe.

HACK #3 : LA DATA OUVRE LA VOIE à LA VOITURE AUTONOME

La voiture autonome n’est pas encore dans la rue mais on perçoit sans peine les bénéfices de cette révolution mobile : se déplacer, se garer, éviter les points d’engorgement de la ville de façon totalement automatisée. Les innovations qui permettront cette grande fluidité sont déjà en rodage sur des services existants, avec la data comme carburant essentiel. Ainsi Citodi ou Roofstreet se penchent déjà sur le dispatch et la mise au bon endroit des véhicules autonomes, préparant un futur dans lequel les flottes ne verront peut-être plus jamais l’ombre d’un bouchon ! 

 

Venez à la rencontre de ces innovateurs présents à FUTUR # mobilité: hackons les bouchons le 22 septembre de 9h30 à 14h à Issy les Moulineaux.

Liste des exposants, information et inscription: ici

FUTUR #mobilité : hackons les bouchons! est co-organisé avec So digital et avec le soutien de nos partenaires : Rolling LabIRT SystemXMoove LabAutonomyMoveo.

 

* source : http://www.leparisien.fr/antony-92160/leur-sujet-d-etude-comment-liquider-les-bouchons-franciliens-14-06-2016-5884197.php 

**source : https://www.lesechos.fr/31/03/2015/LesEchos/21909-149-ECH_la-logistique-face-aux-nouveaux-defis-de-la-mobilite-urbaine.htm

@crédit illustration de couverture : Brecht Vandenbroucke

equipefens