Pour en finir avec la Smart City ! Et pourquoi nous plaçons les villes durables au cœur de la programmation de Futur.e.s 2019

Bouleversements climatiques, crises migratoires, surpopulation : autant d’enjeux qui bouleversent la société à tous les niveaux. Pour perdurer, la cité doit se débarrasser du jetable et se projeter dans les siècles à venir. Cette année, Futur.e.s explore la NÉCESSAIRE convergence des transitions écologique et numérique et place les Villes Durables au CŒUR de sa programmation.
l’Objectif : poser les bases d’une réflexion sur l’innovation à l’heure où le concept de résilience pourrait se substituer a celui de croissance.

Pour savoir comment voleront les hirondelles bioniques annonciatrices du printemps en 2050, venez à Futur.e.s les 13 & 14 juin prochains !

>>> Billetterie <<<

Crédits photo (creative commons) : pictfactory

Urbains ? Oui, mais à quel prix ?

Le XXIe siècle sera celui des villes. Actuellement, plus de la moitié de la population est urbaine. D’ici 2050, 5 des 9,2 milliards d’humains qui peupleront notre planète vivront en ville. Les propositions innovantes (ou alarmantes) de villes verticales ne suffiront pas pour gérer la crise à venir de la surpopulation : Espiral 3500 ne pourra pas tous nous accueillir !

La question de l’habitat n’est plus de l’ordre de l’intime et a progressivement glissé vers le collectif. La notion de ville durable porte l’enjeu du vivre ensemble et pose la question de la société dans laquelle nous souhaitons vivre et ce que l’innovation numérique – ou non – peut apporter à la transformation écologique des villes et des territoires, nous laissant entrevoir des futurs souhaitables.

La Sustainable City attend toujours d’être choisie

Le concept de la ville durable a été démocratisé depuis les années 90, aussi on ne va pas vous faire l’affront de re-re-re-définir ce concept qui a été largement discuté, sur lequel les chercheurs et politiques se sont bagarrés pour finalement rester dans le flou artistique. Paradoxalement la ville durable est difficilement définissable, plus qu’un concept il s’agit plutôt d’un projet dont se dégagent trois principes :

1- Une ville durable doit être capable de se maintenir dans le temps car c’est en envisageant le futur que l’on améliore le présent.

2- La ville durable c’est aussi l’offre d’une vraie qualité de vie aux habitants, dont la mixité fonctionnelle est constitutive.

3- La ville durable est une ville qui se réapproprie de manière collective un projet éminemment politique.

Crédits photo : Sas minimum
la start-up Sas Minimum a créé Le Pavé, un éco-matériau D’EXCEPTION conçu à partir de déchets plastiques récupérés dans la nature et les océans.

La ville durable induit également la mixité sociale à contrario de l’habitus urbain actuel qui repose sur la différenciation économique, remettant ainsi en question les normes actuelles du vivre ensemble qui reposent -pour beaucoup- sur l’entre-soi. La ville durable est souvent pensée à l’échelle d’un (éco-)quartier bien qu’elle porte des enjeux planétaires. En effet, depuis 2011 l’ONU admet que l’urbanisation intensive a un impact sur les bouleversements environnementaux, aussi la ville doit être repensée au plus vite et s’adapter au changement climatique, marquant un tournant majeur dans la conception de l’urbanisme. Malgré la gravité des enjeux environnementaux, les décisions politiques à la hauteur des défis posés tardent à être prises au niveau national et international. Alors que les représentants politiques traînent des pieds pour à s’engager dans la ville durable, de plus en plus d’initiatives individuelles émergent. Par exemple, la start-up Sas Minimum a créé Le Pavé (que vous pourrez découvrir à Futur.e.s cette année !), un éco-matériau d’exception conçu à partir de déchets plastiques récupérés dans la nature et les océans. La start-up créée par de jeunes architectes apporte ainsi une réponse écologique et solidaire aux exigences de performance dans le secteur du bâtiment en pleine mutation.

on en parle A Futur.e.s :

Au micro :

  • Pascale Chartier et Frédéric Dalix – Fondateurs de l’agence Chartier Dalix qui a remporté dans le cadre du consortium Nouvelle AOM la réhabilitation de la Tour Montparnasse.
  • Kalina Raskin – Directrice du Centre Européen d’Excellence en Biomimétisme de Senlis.

 


Métabolisme urbain : une approche holistique des villes durables

La ville durable c’est bien plus que mettre des panneaux solaires sur tous les toits ou des capteurs à toutes les rues. Il est évident que nous ne pouvons plus nous permettre de maintenir notre niveau de consommation des ressources naturelles. Si certains maintiennent qu’il encore possible d’inverser la vapeur ce n’est pas sans prévenir du risque d’un effondrement. C’est en tout cas la position du chercheur Nicolas Mouquet qui alerte sur le risque d’un basculement irréversible de l’écosystème et de la biodiversité. Aussi pour freiner la tendance, il faut élargir notre champ de vision : la ville durable n’est pas que l’affaire de quelques quartiers gentrifiés. La ville durable doit s’envisager avec une approche holistique où tous les aspects sociologiques, économiques, écologiques et numériques sont pris en compte. Le durable ne se cantonne pas à l’environnement ! Dans contexte, la transition écologique du numérique est nécessaire, c’est pourquoi Cap Digital a absorbé Advancity, pôle de compétitivité de la ville durable, et repris ses missions. A Futur.e.s on s’intéressera donc à l’innovation au service du durable, les 80 démos présentées sont le reflet des innovateurs d’aujourd’hui qui pensent aux usagers de demain et inscrivent leurs créations dans ce que pourrait être les prochaines villes durables.  

on en parle A Futur.e.s

Au micro :

  • Sénamé Koffi Agbodjinou – Entrepreneur, anthropologue, architecte…étoile montante de la scène tech d’Afrique de l’Ouest.
  • Marie Ekeland – Travaille dans le financement de l’innovation et la stratégie Européenne face aux autres marchés de l’innovation.
  • Raphael Briner – Entrepreneur et designer, il travaille actuellement sur une nouvelle application utilisant l’holochain.
  • Jean-François Noubel – Chercheur en intelligence collective.

 


Le Low tech sera-t-il l’avenir de l’humanité ?

 A l’heure de la surproduction et du consumérisme, émergent des mouvements à contre-courant. En effet alors que les collectivités ont du mal à se mettre à l’eau, certains ont déjà pris la mer… (et tiré la grande voile) : le breton Corentin de Chatelperon a fait le tour des continents sur un bateau upcyclé à la recherche d’inventions locales utiles à tous, avant de fonder le Low tech lab. Ce programme de recherche et de documentation en Open sources est à l’image de l’innovation qu’il valorise : accessible à toutes et à tous. C’est là le principe du low-tech qui, en opposition à la high-tech, fait appel à des techniques simples, populaires, au sens de la débrouille, de la créativité et de l’esprit maker. Peut-être que vous en avez déjà entendu parlé de ces machines à laver que l’on actionne en pédalant. L’idée de recréer à partir de l’existant, de viser une pratique plus simple et de dé-complexifiées les technologies va à l’opposé de l’obsolescence programmée, des lois du marché et du consumérisme technologique qui est souvent associé au numérique et à l’innovation. Le low-tech a gagné en popularité et son déferlement, tout en douceur, est signe d’une conscientisation écologiques dans l’utilisation des outils technologiques.

on en parle A Futur.e.s :

Au micro :

  • Jana Revedin – Architecte, chercheuse, professeure d’architecture, déléguée de l’UNESCO à la Commission d’éducation.
  • Claire Bailly et Jean Magerand – Paysagistes et architectes, fondateurs de l’Atelier international expérimental pour la cité bionumérique.
  • Intervenants du Low tech lab

Pourtant il ne s’agit pas d’accepter la bouche grande ouverte le low-tech comme l’horizon salutaire d’humanité qui courre à sa perte, la réalité est bien plus complexe que ça.  Notre track Villes Durables propose des pistes de réflexions où smart city, interland numérique, révolution verte et innovations durables seront au programme !

LA MACHINE A LAVER LOW TECH – Crédit photo : Low tech lab

Rendez-vous les 13 & 14 juin au Mobilier des Gobelins pour faire entendre vos propositions et ancrer la ville durable dans nos Futur.e.s !

>>> Prenez vos billets, c’est gratuit ! <<<