Futur.e.s in Paris 2018 : IA, algorithmes, données – citoyens d’un monde technologique ?

Parcours « IA, algorithmes, données : citoyens d’un monde technologique ? »

#données #medias #citoyenneté #algorithmes #chatbot #droits #opensource #loisirs #justice #retail

« IA, algorithmes, données : citoyens d’un monde technologique ? » fait partie des six parcours de l’édition 2018 de Futur.e.s in Paris : voilà ce que vous pourrez y découvrir en juin. Programmation détaillée en horaires à paraître bientôt…

L’intelligence artificielle est partout, des assistants vocaux aux textiles intelligents : loin d’une simple tendance, c’est un nouveau paradigme qui redessine radicalement l’impact de la technologie sur le monde qui nous entoure. Preuve en est l’immense diversité des projets exposés et des sujets abordés à Futur.e.s autour de cette thématique. Et tandis que l’on digère à peine ces avancées… l’ordinateur quantique et ses potentialités impressionnantes de calcul sont déjà là !

S’emparer de l’intelligence artificielle pour des futurs plus souhaitables anime de nombreux innovateurs et citoyens d’ici et d’ailleurs : des applications de sous-titrage pour les malentendants aux assistants open source défendant une approche ouverte des réseaux, les outils ne manquent pas et permettent à chacun d’accéder à ce qu’il désire, acheter ce qu’il souhaite, être enfin audible, et de pouvoir participer au monde dans lequel il vit.

Pas d’angélisme : ces outils creusent parfois les inégalités, alimentent les discriminations. Accès facilité aux informations, oui, démocratisation et transparence brandies comme les étendards de l’ère numérique, certes : il apparaît toutefois que le numérique n’a rien de neutre. Comme dans tout projet rationnel ou égalitaire,  les possibles dérives se nichent dans les détails. Les algorithmes, que l’on nous promet aveugles aux différences, ne seraient pas si virginaux, et renforceraient nos biais. Alors imaginez si nous venions à être jugés par l’un d’eux !

Plus largement, les thématiques de citoyenneté numérique animeront cette édition 2018 de Futur.e.s. Mise en danger de la neutralité du net aux États-Unis et peut-être bientôt ailleurs, existence sous surveillance dans des smart cities bourrées de capteurs, données personnelles offertes aux plus offrants : les scandales récurrents nous rappellent à quel point des outils émancipateurs peuvent se retourner contre les citoyens.

Le futur ne sera pas parfait, c’est certain : mais à la sortie de ce parcours, vous serez aussi convaincu que le futur nous réserve de (bonnes) surprises, que vous n’avez même pas encore imaginées !

ON TOUCHE, ON EXPÉRIMENTE

  • Chaï propose une intelligence artificielle qui lit et parle et vous propose de la défier ! Pensez-vous savoir mieux lire qu’une I.A. ? Saurez-vous déjouer les pièges de lecture mieux qu’elle ?
  • Newsbridge iDx est un moteur de recherche cognitif s’appuyant sur une IA contextuelle pour aider les journalistes et monteurs à identifier les séquences les plus pertinentes d’une vidéo.
  • Niryo propose des robots collaboratifs notamment dédiés au bricolage qui ont pour objectif de contribuer à la démocratisation de la robotique.
  • Oubliez Moogle Home ! LINAGORA a conçu LinTo : un assistant personnel open source et respectueux de la vie privée de ses utilisateurs.
  • Et si l’intelligence artificielle pouvait aider à vendre plus ? BLUE DME invente l’assistant virtuel du « commercial augmenté ». Cet assistant propose des actions personnalisées pour conclure des ventes, changer un prix produit ou encore envoyer un message promotionnel.
  • Heasy est le robot kiosque élaboré par Hease Robotics. Spécialisé dans l’accueil et l’aide à la vente, il est interactif et autonome. D’ailleurs, il vous proposera un petit défi pendant toute la durée du festival.
  • Ava, une application pouvant sous-titrer des conversations avec le smartphone des participants. Permet de rendre accessible les échanges en temps réel.  

ON EN PARLE

  • Haro sur la neutralité du net : Wikipedia va-t-il devenir un produit de luxe ?
  • Le futur des médias
  • « Salut ça va ? Oui, et toi ? » : les chatbots sont-ils limités par notre faute ?
  • Le juge du futur sera un algorithme. Tremblez.
  • Comment se formera-t-on quand on vivra 150 ans ?
  • L’IA au service de la traduction automatique et de l’accessibilité linguistique : des passerelles avec le monde des Sourds
  • Le RGPD, quèsaco ?
  • Faudra-t-il déménager en Corrèze pour échapper à Big Brother ?
  • Ask me anything about : l’ordinateur quantique
  • Les métiers du futur : bientôt tous bouchers instagrammeurs épanouis ?
  • Comment faire émerger les champions français de l’EdTech ?
  • Humanités numériques, en collaboration avec le Collège des Bernardins

AU MICRO

  • Julie Owono, directrice exécutive de l’ONG Internet sans frontières
  • Nadia El-Imam, ingénieure, designeuse née en Suède, entrepreneuse sociale et cofondatrice d’Edgeryders
  • Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique
  • Sébastien Soriano, président de l’ARCEP, l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes
  • Sylvie Tissot, artiste et informaticienne, spécialiste de l’informatique quantique
  • Eric Scherer, directeur de la prospective chez France Télévisions
  • Florence Raynal, cheffe du service des affaires européennes et internationales de la CNIL, la Commission nationale de l’informatique et des libertés
  • Jean-Laurent Cassely, chroniqueur pour le site Slate, journaliste et essayiste, écrit sur les modes de vie et les valeurs des urbains et sur la nouvelle société de consommation. Auteur de La révolte des premiers de la classe. Métiers à la con, Quête de sens et Reconversions urbaines (Éditions Arkhê, 2017)
  • Magali Perruchini, qui, après un premier parcours professionnel en agence de communication, a décidé de quitter son job pour lancer le blog Les Mains Baladeuses. Elle est l’auteure de l’ouvrage Nouveaux Artisans (Éditions Eyrolles)
  • Jasmine Anteunis, cofondatrice de Recast.AI, start-up spécialisée dans les chatbots, récemment rachetée par SAP
  • Jérôme Dupré, magistrat et cofondateur de la start-up Case Law Analytics, spécialisée dans la modélisation du processus de décision judiciaire via l’intelligence artificielle
  • Laurence Devillers, spécialiste des interactions homme-machine, professeure d’informatique à l’université Paris-Sorbonne, auteure de Des robots et des hommes
  • Jacques Lévy Véhel, mathématicien, directeur de recherche à l’INRIA, cofondateur de la start-up Case Law Analytics, spécialisée dans la modélisation du processus de décision judiciaire via l’intelligence artificielle
  • Amir Elichai, fondateur et P.-D.G. de la start-up israélienne Carbyne, à qui l’on doit Reporty, application permettant de filmer des actes d’incivilité et de transmettre en direct les images aux autorités, testée par la ville de Nice au début de l’année 2018
  • Litzie Mareek, partenaire fondateur du fonds Educapital
  • Adrien Meslet, directeur d’Ava France, à l’origine d’une application destinée aux sourds et malentendants permettant de sous-titrer des conversations

 

equipefens